Imprimante laser couleur-Copicom

Avez-vous déjà essayé d’écrire avec un faisceau de lumière? Cela semble impossible, n’est-ce pas?

Mais c’est exactement ce que font les imprimantes laser lors de la copie permanente des données de votre ordinateur sur un morceau de papier.

Grâce à la science et aux films d’espionnage, nous avons tendance à considérer les lasers comme des faisceaux lumineux incroyablement puissants qui peuvent découper des morceaux de métal ou faire exploser des vaisseaux spatiaux ennemis en mille morceaux.

Toutefois, les petits lasers sont également très utiles dans la vie courante : ils lisent les sons et les clips vidéo des disques dans les lecteurs de CD et de DVD, en plus d’être des éléments essentiels de la plupart des imprimantes d’ordinateurs de bureau.

Qu’est-ce qu’une imprimante laser ?

À Montréal, une imprimante laser est un type populaire d’imprimante d’ordinateur pour les entreprises qui utilisent une technologie de photocopieurs sans impact (les touches ne frappent pas le papier).

Lorsqu’un document est envoyé à l’imprimante, un faisceau laser “attire” le document sur un tambour recouvert de sélénium en utilisant des charges électriques.

Une fois le tambour chargé, il est roulé dans du toner, une encre sèche en poudre. Le toner adhère à l’image chargée sur le tambour. Le toner est transféré sur un morceau de papier et fusionné au papier par la chaleur et la pression.

Après l’impression du document, la charge électrique est retirée du tambour et le toner en excès est collecté.

La plupart des imprimeurs Laval n’impriment qu’en monochrome. Une imprimante laser couleur est jusqu’à 10 fois plus chère qu’une imprimante laser monochrome.

L’imprimante laser se distingue d’une imprimante à jet d’encre à plusieurs égards. Le toner ou l’encre des imprimeurs Laval est sec, en revanche, dans une imprimante à jet d’encre, elle est humide.

Avec le temps, une imprimante à jet d’encre est environ dix fois plus chère à faire fonctionner qu’une imprimante laser, car l’encre doit être renouvelée plus fréquemment.

Le papier imprimé d’une imprimante à jet d’encre macule s’il est mouillé, mais pas un document imprimé au laser. Les deux types d’imprimantes fonctionnent silencieusement et permettent d’ajouter des polices en utilisant des cartouches de police ou en installant des polices souples.

Si vos besoins d’impression sont minimes, une imprimante à jet d’encre est suffisante. Mais si votre volume d’impression est élevé, envisagez d’acheter une imprimante laser.

Voyons de plus près comment fonctionnent les imprimantes laser

Lorsque vous imprimez quelque chose, votre ordinateur envoie un vaste flux de données électroniques (généralement quelques mégaoctets ou millions de caractères) à votre imprimante laser. Un circuit électronique dans l’imprimante détermine ce que toutes ces données signifient et à quoi elles doivent ressembler sur la page.

Il fait balayer un faisceau laser d’avant en arrière sur un tambour à l’intérieur des photocopieurs, créant ainsi un motif d’électricité statique. L’électricité statique attire sur la page une sorte d’encre en poudre appelée toner. Enfin, comme dans une photocopieuse, une unité de fusion lie le toner au papier.

  • Des millions d’octets (caractères) de données circulent dans l’imprimante depuis votre ordinateur.
  • Un circuit électronique dans l’imprimante (en fait, un petit ordinateur à part entière) détermine comment imprimer ces données pour qu’elles paraissent correctes sur la page.
  • Le circuit électronique active le fil. C’est un fil à haute tension qui donne une charge électrique statique à tout ce qui se trouve à proximité.
  • Le fil charge le tambour photorécepteur, de sorte que le tambour reçoit une charge positive répartie uniformément sur sa surface.
  • En même temps, le circuit active le laser pour lui faire dessiner l’image de la page sur le tambour. Le rayon laser ne bouge pas réellement: il renvoie sur un miroir mobile qui le balaye au-dessus du tambour. Lorsque le rayon laser frappe le tambour, il efface la charge positive qui s’y trouvait et crée à la place une zone de charge négative. Progressivement, une image de la page entière s’accumule sur le tambour: là où la page devrait être blanche, il y a des zones de charge positive; là où la page devrait être noire, il y a des zones de charge négative.
  • Un rouleau encreur qui touche le tambour photorécepteur l’enduit de minuscules particules d’encre en poudre (toner). Le toner a reçu une charge électrique positive, il se colle donc aux parties du tambour photorécepteur qui ont une charge négative (rappelez-vous que les charges électriques opposées s’attirent de la même manière que les pôles opposés d’un aimant). Aucune encre n’est attirée vers les parties du tambour qui ont une charge positive. Une image encrée de la page s’accumule sur le tambour.
  • Une feuille de papier provenant d’une trémie située de l’autre côté de l’imprimante est acheminée vers le tambour. En avançant, le papier est soumis à une forte charge électrique négative par un autre fil.
  • Lorsque le papier se rapproche du tambour, sa charge négative attire les particules de toner chargées positivement pour les éloigner du tambour. L’image est transférée du tambour sur le papier mais, pour l’instant, les particules de toner ne reposent que légèrement sur la surface du papier.
  • Le papier encré passe à travers deux rouleaux chauds (l’unité de fusion). La chaleur et la pression des rouleaux fusionnent les particules de toner de façon permanente dans les fibres du papier.
  • L’impression sort sur le côté du photocopieur. Grâce à l’unité de fusion, le papier est encore chaud, comme s’il sortait de la presse.

Plus d’informations sur l’imprimante à Montréal

Comme vous pouvez le voir, l’impression laser est un processus très comportant plusieurs étapes et avec de nombreuses pièces mobiles.

Les étapes de l’impression laser dont nous avons parlé plus haut sont complexes. C’est pourquoi l’utilisation de produits d’impression laser compatibles, en particulier les toners de contrefaçon, comporte tant de risques.

Dans certaines imprimantes, la trémie de toner, le développeur et le tambour sont combinés dans une seule cartouche remplaçable. La poudre est stockée dans la trémie de toner.

L’imprimante récupère le toner de la trémie avec l’unité de développement, qui est essentiellement un rouleau métallique avec des billes enduites à la surface.

Lorsque le rouleau métallique tourne, il déplace la surface revêtue à travers le toner dans la trémie de toner et recueille les particules de toner. Le rouleau brosse ensuite les billes devant le tambour, et cette dernière tire les particules de toner sur sa surface.

L’unité de fusion :

Enfin, l’imprimante fait passer le papier, une paire de rouleaux chauffés, pendant lesquels la poudre de toner libre fond et fusionne avec les fibres du papier. L’unité de fusion fait rouler le papier jusqu’au bac de sortie, et vous avez votre page terminée.

Bien entendu, l’unité de fusion chauffe également le papier lui-même, c’est pourquoi les pages sont toujours chaudes lorsqu’elles sortent d’une imprimante laser ou d’une photocopieuse. Alors qu’est-ce qui empêche le papier de brûler? Principalement, la vitesse – le papier passe si vite à travers les rouleaux qu’il ne devient pas très chaud.

Après avoir déposé du toner sur le papier, la surface du tambour passe devant la lampe à décharge.

Cette lumière vive expose toute la surface du photorécepteur, effaçant ainsi l’image électrique. La surface du tambour passe ensuite le fil de charge, qui réapplique la charge positive.

Vous pouvez appeler le service imprimante Montréal pour plus d’informations si vous avez un problème avec vos photocopieurs, nous nous en occuperons !